Projet de rucher collectif à Herbeys

Projet rucher collectif

En avril dernier, nous alertions sur la situation catastrophique des abeilles (article Que peut-on faire pour les abeilles ? ).

Une fois de plus cette année à Herbeys les apiculteurs ont perdu de nombreuses ruches à cause des conditions climatiques et du parasite le « varroa destructor ». On ne peut pourtant se résoudre à voir les abeilles disparaître. Alors comment agir pour lutter contre leur disparition ?

Créer un rucher collectif ?

Si les abeilles disparaissent, pourquoi ne pas s’employer à multiplier les colonies pour qu’au moins un minimum de ces insectes indispensables puisse survivre !
Certes les causes de la disparition des abeilles ne seront pas supprimées, mais il restera quelques colonies, une forme de revanche contre l’adversité !

C’est un projet qui permettrait de développer l’apiculture à Herbeys, de défendre et promouvoir l’abeille et de sensibiliser les habitants aux enjeux de la biodiversité et d’un environnement sain.

Pour se lancer dans ce projet il faut toutefois plusieurs conditions :

1) Trouver un emplacement

Il faut un terrain pas trop pentu, pas trop fréquenté, éloigné si possible des chemins de randonnées ou VTT et accessible par véhicule  (il faut penser à la récolte et aux manipulations de ruches qui sont souvent lourdes (50 kg ou plus) et de préférence pas trop éloigné d’un point d’eau. Pas trop près des habitations, ni trop proche de pâtures de chevaux… elles ne les aiment pas et les médicaments utilisés pour purger ces animaux peuvent être nocifs.
Évidemment, l’emplacement doit présenter un intérêt mellifère (prairies florales, acacias, châtaigniers, tilleuls, merisiers, flore diversifiée des jardins).

2) Constituer une équipe motivée

Le projet nécessite de réunir des gens intéressés et motivés, car s’occuper de ruches nécessite au moins une visite par semaine pendant la saison (d’avril à septembre) et encore quelques visites en hiver.  On peut cependant mutualiser les visites en ayant des ruches à plusieurs ou en visitant celles des autres quand ils partent en vacances ou en déplacement…

3) Créer un atelier

Il faut prévoir un atelier pour entretenir (ou même fabriquer) le matériel avec un minimum d’outils pour travailler le bois.

Prévoir également un local « miellerie » pour l’extraction : c’est-à-dire un local étanche, avec un minimum de conditions d’hygiène (les poules ou les araignées ne sont pas très compatibles avec le miel). Prévoir d’investir dans le matériel de miellerie ou sa location.

4) Définir un statut

Il sera nécessaire de définir le statut du rucher : est-ce une propriété collective ? est-ce que chacun est propriétaire ? constitution d’une association (formelle ou non) ? responsabilité civile et clauses financières : cotisation, partage des investissements, location ?
Il faut prévoir une adhésion à un syndicat et au groupement de défense sanitaire (cette adhésion à un syndicat permet d’avoir l’assurance, les infos, de l’aide, du matériel au juste prix …).

5) Organiser la formation des participants

Il est indispensable que les participants soient formés aux techniques d’apiculture : soit via l’intervention d’ un apiculteur/apicultrice local(e) suffisamment compétent(e), soit en participant aux formations de la Maison de l’Apiculture et de l’Abeille dans le parc du château de Vizille. Ces formations sont animées par les 2 syndicats départementaux : le SAD et l’Abeille Dauphinoise (formations avec diaporama, maquette, formation en salle, puis autour des ruches). Notons que les techniques de traitement évoluent chaque année.

Un beau projet pour Herbeys

L’apiculture est une activité passionnante, extraordinaire car elle permet de s’approcher de la complexité de la nature.
Toutefois, si nos grands-parents ont pu faire une apiculture simpliste et rustique, l’apparition des pesticides, des parasites, et surtout la destruction de la biodiversité végétale par les cultures « industrielles » ont rendu cette activité difficile.

Malgré tout, les abeilles sont essentielles pour notre survie et celle de la planète et un tel projet peut participer à leur protection. De plus, la solidarité et l’entraide au sein d’un rucher collectif permettent de relever ce défi.

A Herbeys nous avons la chance d’avoir des personnes très compétentes sur le sujet et prêtes à s’investir pour conseiller les participants. On peut également s’appuyer sur l’expérience des ruchers collectifs déjà mis en place dans les communes voisines, comme à Eybens par exemple.

Si vous êtes intéressé(e) par ce beau projet, merci de nous le faire savoir en nous envoyant un mail à l’adresse suivante : infos@collectifcitoyenherbeys.fr
ou bien en nous appelant au : 07 82 87 21 92

abeilles

4 commentaires sur “Projet de rucher collectif à Herbeys”

  1. guillaume derville

    oui, très beau projet. bravo au collectif pour cette initiative.
    Comme Raymond, que je croise de temps en temps, je suis également partant. Depuis quelques mois, j’aide un apiculteur amateur qui ne peut plus porter de charges lourdes. Mes connaissances s’arrêtent là.
    06 48 27 89 55

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.