Comment mieux trier / diminuer nos déchets

Avouons qu’il est particulièrement agaçant d’arriver devant les bacs de tri avec ses sacs de déchets pour constater que tous les bacs sont pleins. Alors on s’interroge : les contenances sont-elles suffisantes ? pourquoi n’y a-t-il pas plus de bacs ?

Comme le signale le bulletin municipal d’Herbeys de Mars, le tri des déchets sur la Métropole grenobloise est très mauvais :

4 déchets sur 10 jetés dans la poubelle de tri sont des erreurs de tri !

Ces erreurs de tri ont pour conséquence d’engorger les bacs de tri avec des déchets qui n’ont rien à y faire. Par ailleurs, ces déchets indésirables contaminent les déchets recyclables. Ils peuvent blesser les agents du tri (verrre cassé) et causent des pannes des machines de tri, engendrant des coûts de traitement supplémentaires.

En fait, le volume des bacs de collecte dans notre village est d’environ 17 litres par semaine par habitant, ce qui est déjà beaucoup. On peut bien sûr souhaiter plus de conteneurs, mais ça signifierait plus de camions de la métro qui montent récupérer nos déchets. Ça signifierait aussi qu’on continue à mal trier et qu’on continue à consommer beaucoup d’emballages papier et plastique, sans trop se questionner sur leur devenir.
Actuellement,  la consommation d’emballages en plastique représente à elle seule environ 30 kilos par habitant et par an (1).


Trier c’est essentiel, oui mais encore faut-il « bien trier »…

Les consignes de tri ont été simplifiées en 2016 dans notre métropole, pour augmenter le taux de récupération des emballages recyclables et notamment pour permettre le développement des filières de recyclage des pots et barquettes. Mais pourtant aujourd’hui les erreurs de tri restent très nombreuses.

Le diagramme ci-dessous résume les principales erreurs de tri dans les bacs de recyclage.

Erreurs de tri

On voit que plus de 40% de ces erreurs sont les sacs de déchets fermés (sacs gris). Rappelons que ces sacs sont redirigés systématiquement vers l’usine d’incinération. Ils ne sont pas ouverts…
Environ 30% des erreurs concernent des déchets destinés à la déchetterie. Le reste comprend des vêtements, des emballages imbriqués et non vidés et des contenants en verre…

Quelques conseils pour mieux trier

Tous les papiers, les petits cartons et les emballages ménagers en plastique et métal vont dans les bacs de recyclage. Ils doivent être jetés en vrac, non imbriqués les uns dans les autres (il est inutile de les laver).

Vont dans les bacs de recyclage :

  • tous les cartons, même souillés (cartons à pizza, barquettes de frites, etc.) mais sans restes alimentaires ;
  • les bouteilles et flacons en plastique : eau, jus de fruits, soda, huile, gel douche, shampooing, produits ménagers (mais pas les flacons de produits dangereux);
  • tous les autres emballages en plastique : barquettes (contenant du jambon, du fromage ou tout autre type d’aliment), pots de yaourt, films alimentaires,  pour emballer des packs de bouteilles d’eau ou des rouleaux de papier-toilette, sacs plastique, tubes de produits cosmétiques ;
  • le papier cadeau papier ou plastique ;
  • les emballages avec carton et coque plastique (blisters), mais pour garantir qu’ils soient recyclés, séparez les matières avant de les jeter ;
  • le métal : boîtes de conserve, canettes, bombes aérosol, barquettes de métal ainsi que tous les petits emballages métalliques : gourdes de compote, capsules de café, plaquettes de médicaments vides, paquets de chips, sachets de surgelés, couvercles de bocaux, capsules de bouteilles, papier aluminium ;
  • les papiers (y compris facturettes, enveloppes, sac en papier, magazines) sauf le papier-toilette, les essuie-tout, les mouchoirs et les serviettes en papier.

Ne vont pas dans les bacs de recyclage (erreurs de tri fréquentes !)

  • les grands cartons et les plaques de polystyrène (ils doivent être portés en déchetterie) ;
  • les emballages de produits toxiques utilisés en bricolage ou en jardinage : eau de javel, déboucheur, peinture, solvants, produits phytosanitaires… (déchetterie)
    On les reconnaît généralement grâce aux pictogrammes de danger figurant sur les flacons ;
  • les objets en plastique qui ne sont pas des emballages : chaise de jardin, jouets (déchetterie) ;
  • le petit électroménager cassé (déchetterie ou repair center) ;
  • les objets métalliques qui ne sont pas des emballages: ustensiles de cuisine, outils de bricolage… (déchetterie) ;
  • les radiographies (déchetterie) ;
  • les cartouches d’encre (déchetterie) ;
  • les piles et petites batteries (déchetterie) ;
  • les textiles (vêtements, chaussures, sacs, linges de maison et chiffons) font l’objet d’une collecte spécifique dans les bornes à textile ou lors du passage du camion de la Remise tous les 2 mois ;
  • la vaisselle cassée ne doit pas être mise dans le bac à verre. Les verres cassés, les plats en Pyrex ou assiettes en porcelaine doivent eux aussi être jetés dans la poubelle tout-venant. Même chose pour les vitres, les miroirs, les ampoules. En effet, ils fondent à une température supérieure et risquent de former des défauts dans les nouvelles bouteilles fabriquées à partir du verre recyclé.
 
L’infographie ci-dessous résume les consignes de tri. A noter que Herbeys n’est pas concerné pour l’instant par le tri des déchets alimentaires (poubelle marron).

Le pictogramme « info-tri »

Pour nous aider à trier, le pictogramme « info-tri » (ci-contre) est de plus en plus présent sur les emballages. Il sera obligatoire à partir de mars 2023.

Les limites du recyclage
Le recyclage est nécessaire pour réduire l’utilisation de pétrole, pour éviter que nos déchets finissent incinérés, en décharge ou dans les océans. Mais il n’est pas miraculeux. En effet, même si les technologies de recyclage évoluent, on est encore loin d’une boucle fermée où tout ce qui est produit est recyclé (et réutilisé) de manière significative : aujourd’hui seul un tiers des emballages plastiques est effectivement recyclé.
Tous les plastiques ne se valent pas : ainsi les bouteilles en PET (Polyéthylène Téréphtalate) ou PEHD (Polyéthylène Haute Densité) sont recyclables en nouvelles bouteilles.  Mais cette boucle vertueuse ne concerne pas la majorité des emballages plastiques qui sont soit transformés en d’autres produits moins qualitatifs (fibres synthétiques, matériaux de construction, etc.), soit incinérés.

De plus, une bouteille recyclée ne suffit pas pour créer une nouvelle bouteille. Il faudra utiliser plusieurs bouteilles en plastique pour en créer une nouvelle, et cette matière n’est pas recyclable à l’infini. En pratique, il est rare qu’une bouteille soit recyclée plus de 2 ou 3 fois et son recyclage implique donc l’ajout de plastique vierge.
Seul le papier/carton, le verre et le métal sont recyclables à l’infini (avec néanmoins un taux de perte à chaque recyclage et un coût énergétique important).

Comment reconnaître les emballages plastiques qui seront vraiment recyclés ?

Si on ne peut pas éviter certains emballages plastiques, nous pouvons néanmoins éviter d’acheter ceux qui ne seront pas ou peu recyclés.
L’industrie du plastique a créé un système à 7 codes, indiquant la nature du plastique dont est constitué le contenant ou l’emballage. Ils se caractérisent par un logo triangulaire avec un numéro apposé sur l’emballage (imprimé en général sur le culot des bouteilles / flacons). Sur ces 7 types de plastique, seuls 3 sont efficacement recyclés en France :

  • le Polyéthylène Téréphtalate (PET) => code 1 (ou 01),
  • le Polyéthylène haute densité (PEHD) => code 2 (ou 02),
  • le Polypropylène (PP) => code 5 (ou 05).

Les autres (codes 3, 4, 6 et 7) sont peu ou pas recyclés.

 

Tableau des plastiques bien recyclés :

A propos des bouteilles de lait en PET opaque

En 2016, de nouvelles bouteilles de lait en plastique brillant blanc sont arrivées sur le marché. Plus légères, sans opercule et beaucoup moins chères à produire, ces bouteilles en PET opaque ont vite été adoptées par les industriels qui ne se sont pas posés la question de leur recyclabilité (comme le dénonçait le magazine Que choisir).  Elles sont principalement utilisées par les marques de la grande distribution.

 En fait, le PET opaque est difficilement recyclable (du fait les produits opacifiants qu’il contient, en particulier le dioxyde de titane) et, en prime, il perturbe le recyclage des autres types de bouteilles ! Depuis peu, certaines filières les recyclent partiellement en nouvelles bouteilles (grises). Mais ce recyclage reste complexe et coûteux.
Préférez donc les bouteilles en PEHD (code 2) ou les briques de lait qui ont une bonne recyclabilité (le carton est recyclé en papier essuie-tout, papier toilette ou en papier cadeau). Le meilleur choix étant bien sûr le lait en vrac (vendu directement par les producteurs d’Herbeys).

 

Conclusion

Il est nécessaire d’améliorer nos pratiques de tri pour optimiser le recyclage afin de préserver les ressources naturelles et protéger l’environnement. La loi Anti-gaspillage pour une économie circulaire (2) de 2020 devrait pousser les industriels à favoriser les emballages « éco-conçus » de façon à garantir leur recyclabilité et à supprimer les emballages inutiles. On peut espérer aussi une meilleure performance des procédés de recyclage dans les années à venir. En effet, de nouveaux projets de recyclage basés sur le recyclage chimique se développent en France et en Europe pour traiter certains plastiques mal recyclés jusque-là. Mais, à moyen terme, ils ne permettront de traiter qu’une faible partie des centaines de tonnes d’emballages plastiques qui arrivent sur le marché chaque année.

N’oublions pas que le recyclage ne fait que retarder le moment où le déchet sera incinéré ou mis en décharge. La meilleure solution de lutter contre la pollution des emballages est d’en produire le moins possible donc d’en consommer le moins possible.

Pour réduire notre consommation :

  •     Refusons les emballages superflus ou non recyclables. Achetons le plus possible en vrac.
  •     Refusons les sacs plastiques : utilisez votre propre cabas ou caddie
  •     Apportons nos propres contenants pour les produits frais dans les commerces (même les grandes surfaces les acceptent dorénavant)
  •     Refusons le jetable : choisir des produits durables, réutilisables, réparables
  •     Privilégions plutôt les produits contenus dans du verre, du papier et non dans du plastique

Références :

(1) La France est parmi les plus gros consommateurs de plastique en Europe : 4,8 millions de tonnes de plastique utilisées par an, soit 70 kg par habitant. Les emballages plastiques en représentent à eux seuls 40%, soit environ 30 kilos par habitant et par an, et moins d’un tiers de ces emballages sont actuellement recyclés.
Ademe : le paradoxe du plastique en 10 questions :
https://librairie.ademe.fr/cadic/6402/guide-pratique-paradoxe-plastique-10-questions.pdf?modal=false

(2) Que Choisir : « Bouteilles de lait Boycottez le PET opaque ! », article publié le : 19/02/2017
https://www.quechoisir.org/actualite-bouteilles-de-lait-boycottez-le-pet-opaque-n24466/

(3) La loi Anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC) de 2020 prévoit la fin de la mise sur le marché des emballages à usage unique d’ici 2040; elle prévoit notamment de tendre vers 100% de recyclage des emballages en plastique à usage unique d’ici le 1er janvier 2025.
https://www.ecologie.gouv.fr/loi-anti-gaspillage-economie-circulaire

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.