Aller au contenu

Après cet été apocalyptique, c’est la reprise…

reprise CCH
En cette fin août, la planète offre un spectacle de désolation. Des forêts anéanties dans des incendies gigantesques, des cultures détruites voire dévastées, des animaux en souffrance, des fleuves et lacs asséchés… L’été 2022 ressemble à une longue et triste série de records battus.

Un coup de semonce de la planète

Dès le mois de juin, l’Inde subissait des températures dantesques. Dans de nombreux villages les oiseaux tombaient littéralement du ciel, complètement déshydratés, jonchant les rues. En cette fin août, des pluies diluviennes de mousson dévastent le Pakistan emportant un million de maisons. En France, les incendies n’ont épargné aucune région et la tempête éclair qui a frappé la Corse récemment nous a tous laissés interloqués. Cette série de catastrophes résonne comme un coup de semonce de la planète qui nous exhorte à agir. Nous savions que les effets du réchauffement climatique étaient graves ; René Dumont nous en avertissait dès 1974 et chaque nouveau rapport du GIEC décrit une situation de plus en plus préoccupante voire terrifiante. Mais nous espérions que les problèmes annoncés seraient encore lointains. Désormais la vitesse de ces effets surprend même les climatologues.

La crise énergétique : cerise sur le gâteau

La crise énergétique, conséquence de la guerre en Ukraine et du déclin du pétrole et du gaz, vient également souffler sur le brasier. Au moment où le bon sens commanderait une mobilisation générale pour diminuer nos émissions de GES, le charbon repart en Europe et même en France. L’énergie la plus émettrice de CO2 se trouve ragaillardie par les pénuries de gaz imposées par la Russie. Nos gouvernants, qui nous invitent à « couper le wifi et arrêter d’envoyer des mails rigolos », ne semblent pas prendre la mesure de la gravité de la situation. La récente polémique sur les jets privés montre que le chemin vers la sobriété juste est encore long…

Refusons l’ « à-quoi-bonisme »

Face à ce tableau apocalyptique, on peut ressentir de la colère, de la souffrance, de l’ « éco-anxiété ». On peut aussi être frappé d’apathie et d’immobilisme et se laisser aller à une forme d’ « à-quoi-bonisme » : «à quoi bon, de toute manière, c’est trop tard». Pourtant la seule issue pour nous et la seule thérapie à cette anxiété, c’est d’agir à notre niveau pour limiter nos émissions de GES et bâtir notre résilience aux événements et pénuries à venir.
Refusons le message qui dit qu’il est déjà trop tard. Protégeons l’avenir de nos enfants.
Nous avons tous une carte à jouer, une petite spécialité à partager, une expertise à apporter.
Si rien ne bouge tout en haut, continuons à nous activer en bas.

Redémarrage du Collectif Citoyen Herbeys

Le CCH pour sa part va continuer à s’activer pour contribuer à plus de sobriété et de justice sociale, à travailler aux transformations nécessaires pour faire face aux bouleversements climatiques et aux crises qui s’annoncent en renforçant le lien social, en partageant les savoirs faire, en protégeant la bio-diversité, en développant les mobilités douces etc.
Nous avons du pain sur la planche et de nombreux projets pour cette rentrée. N’hésitez pas à nous rejoindre. Toutes les suggestions sont bienvenues.
Nous reprenons dès le 7 septembre les sessions du Repair Café. Venez nombreux pour réparer – ou apprendre à réparer vos objets 😉
Nous serons également présents au forum des associations le 10 septembre matin à la MPT.

A très bientôt !

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.